Conte Zéro // William Gibson

Se déroulant dans l’univers de la Conurb initié par Gibson dans Neuromancien, Conte Zéro est moins une suite qu’une exploration de cet univers d’un point de vue différent.

Bobby est un cow-boy connu sur la Matrice sous le nom de “Conte Zéro”. Malheureusement pour Bobby, il n’est pas vraiment à la hauteur et se fait prendre dans la Glace. Alors qu’il est sur le point de mourir dans la Matrice, une mystérieuse présence intervient et le sauve in extremis… Pendant ce temps, une opération d’exfiltration d’un scientifique dans une arcologie au milieu du désert tourne à la catastrophe : l’équipe se retrouve en lieu et place du savant avec une adolescente sur les bras…

Avec son intrigue tordue et fascinante, Conte Zéro est un digne successeur à Neuromancien, qui met en avant, n’ayons pas peur des mots, une équipe de shadowrunners, sur fond de trafics d’œuvres d’art et de dieux vaudous. Du grand art.

Inspiration Shadowrun : Un Johnson rencontré sur la Matrice, un scientifique à exfiltrer d’un complexe de Mitsuhama en plein territoire Pueblo… Jusque-là rien de très étonnant. Sauf qu’évidemment tout déraille : le scientifique remet aux runners sa fille, avant de faire sauter le complexe, et lui avec. Mais il s’avère que la gamine est douée d’une capacité inhabituelle : telle une Technomancienne, elle peut se rendre dans la Matrice sans deck. Mais il s’agit en fait d’une Technomancienne “artificielle”, créée par Mitsuhama à l’aide d’implants cérébraux… Et la corporation n’est pas la seule à vouloir remettre la main dessus.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *