Shadowrun // Mega-CD

Le jeu Shadowrun sorti sur Mega CD est le moins connu des trois. Dernier jeu à être sorti sur la machine de Sega, il ne fut distribué qu’au pays du soleil levant. Dommage, car il s’agit incontestablement du meilleur des trois jeux.

L’histoire se déroule en 2053, à Neo Tokyo. Votre équipe de shadowrunners est recrutée pour enquêter sur un mystérieux samouraï qui commet d’horribles meurtres dans les bas-fonds de la capitale nipponne. Évidemment, ce run marque le début d’une grande aventure…

Délaissant le cadre habituel de Seattle pour le Japon, Shadowrun Mega CD permet de découvrir cet environnement encore mystérieux, en raison de l’absence de supplément qui lui soit consacré dans la gamme du Jeu de Rôle. Premier constat : le racisme des japonais envers les Métahumains a été édulcoré, votre équipe comprenant même un decker elfe pour faire bonne mesure. Ceci étant dit, vous ne croiserez pour ainsi dire jamais le moindre autre métahumain (à l’exception de quelques orks et nains dans l’underground de Tokyo…)

Il s’agit principalement d’un jeu d’enquête ressemblant beaucoup au mythique Snatcher, agrémenté de phases de combat façon Shining Force. Le système de jeu est très fidèle à la version papier (on retrouve même les moniteurs de condition, c’est dire). Le déroulement du jeu est très proche des parties du jeu papier, avec des phases de renseignement auprès des contacts, de recherche sur la Matrice, etc.

Le graphisme est de bonne qualité (rappelons que le Mega Cd est avant tout une Megadrive !) et le design trop “manga” qu’on pouvait craindre au vu de la boîte n’est finalement pas trop présent.  Les musiques sont soignées avec un excellent thème principal.

Le gros défaut du jeu, en fait, est d’être intégralement en japonais ! Bon, même si (comme moi) vous ne lisez pas la langue de Kurosawa, vous devriez pouvoir avancer dans le jeu en tatonnant, en passant à côté du scénario (dont je ne peux donc pas dire grand chose, à part qu’il semble à priori faire intervenir des Esprits Insectes. A moins que ce ne soient des mutants ?)

Reste donc à trouver une équipe de traducteurs assez fous pour tenter l’adaptation en français de ce titre pénalisé par la barrière du langage…

Inspiration Shadowrun : Neo-Tokyo n’est peut-être pas la ville la plus accueillante pour une bande de shadowrunners, mais dans l’ombre des gratte-ciels lumineux des Zaibatsu les opérations clandestines sont légion. Avec la rumeur d’un robot de combat bipède développé par Renraku, la guerre corporatiste pourrait bien reprendre de plus belle – et garantir bien des opportunités à des runners téméraires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *