Frankia // Jean-Luc Marcastel

Imaginez un monde qui ressemble au nôtre, à l’aube de la Seconde Guerre Mondiale, mais pas tout à fait. Un monde où le maléfique Uberkaiser von Drakho, avec ses légions d’acier, sa science cruelle et sa magie pervertie, étend inexorablement son ombre. Après l’invasion de Frankia par les teutoniens de von Drakho, le pays a été divisé en deux, le kaiser laissant le sud du pays, la “zone libre”, aux mains d’un gouvernement fantoche. C’est alors que Loïren, un jeune humain élevé en zone libre par le fier orc Gralk, recueille Faëllia, une jeune femme recherchée par les sinistres Veilleurs de von Drakho. Car Faëllia est une Elfe, et le dernier espoir de son peuple d’échapper à la déportation…

L’univers de Frankia, mêlant histoire, fantasy et steampunk n’est pas sans évoquer celui d’un classique du jeu de rôles : le mythique Castle Falkenstein. Ce contexte historique “alternatif”, à la fois familier et différent, permet une identification immédiate des factions et des enjeux. Tyrannie, collaboration, trahison, résistance : l’époque troublée dont le roman s’inspire lui donne matière à alimenter une histoire riche en péripéties.

Jean-Luc Marcastel est un auteur français qui s’est fait connaître avec son cycle médiéval-fantastique Louis le galoup (d’ailleurs en cours de réédition). On retrouve dans Frankia tout ce qui faisait le charme de Louis le galoup : un univers solide, des personnages bien campés, et surtout une verve enlevée qui donne au récit une force évocatrice digne des conteurs d’antan. Malgré tout, on ne peut s’empêcher de trouver que ce 1er volume de Frankia repose un peu trop sur les mêmes mécanismes que Louis le galoup, avec des situations et des personnages qui se répondent de manière trop mimétique pour être totalement accidentelle. Espérons donc que Marcastel saura se détacher de sa recette – efficace, cela dit – pour la suite de son récit de guerre et d’aventure.

Inspiration Shadowrun : Dans un petit pays aux mains d’un régime totalitaire corporatiste, les joueurs incarnent des membres de la Résistance. Pour eux, “voler le prototype” c’est combattre pour la liberté ! Mais au cours d’un run, ils découvrent une mystérieuse jeune femme elfe. Celle-ci s’est échappée d’une des arcologies de la capitale, emportant avec elle un secret qui pourrait enfin mettre l’avantage dans le camp de la Résistance – si les commandos de l’état corporatiste ne mettent pas la main dessus les premiers…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *