2XS // Nigel Findley

Nigel Findley est souvent considéré comme le plus grand auteur ayant œuvré sur Shadowrun. Disparu brutalement en 1995, il a laissé les univers de Shadowrun et Earthdawn comme orphelins, laissant à ses successeurs le soin d’apporter une conclusion (ou pas) aux intrigues qu’il avait su si savamment tisser au fil des années. En matière de romans se déroulant dans l’univers glauque du Sixième Monde, 2XS (publié en 1991 et ayant connu une sortie en France chez Fleuve Noir quelques années plus tard sous le titre Grille-Neurones) a le statut de classique.

Le roman obéit aux codes indémodables du roman noir tels qu’établis par Chandler et Hammett dans les années 40 (1940, hein). On retrouve donc en guise d’anti-héros un privé seul contre tous obligé de démêler les fils d’un complot qui le dépasse, narrant son enquête à la première personne d’un ton cynique et désabusé. Quelques femmes fatales sont évidemment de la partie. Mais évidemment, nous sommes dans Shadowrun, tout ne tarde donc pas à partir méchamment en vrille.

Tout commence par la visite que rend la plantureuse Jocasta Yzerman au détective privé des Ombres Derek “Dirk” Montgomery dans son appartement miteux… une arme à la main. Jocasta accuse Dirk d’avoir assassiné sa sœur Lolly, video de surveillance à l’appui. Mais c’est le Sixième Monde – n’importe quel magicien peut tromper un enregistrement, et Dirk arrive à convaincre Jocasta de son innocence. Lorsque Jocasta est également visée, Dirk décide de mener son enquête pour découvrir qui est le mystérieux “X” et pourquoi il a éliminé Lolly et cherche désormais à se débarasser de Jocasta et lui-même.

Une enquête qui s’annonce périlleuse et semble posséder de multiples ramifications. Se peut-il que tout ceci soit lié au 2XS, un nouveau type de puce encore plus dangereux que les BTL ? Quel est le lien qui unit le 2XS, un service d’amulances nommé CrashCart, la Confrérie Universelle et une petite mégacorpo dont personne n’a encore entendu parler nommée… Yamatetsu ? Lorsque la propre sœur junkie de Dirk, Theresa, est à son tour impliquée dans ce merdier, l’affaire devient personnelle.

L’intrigue de 2XS est menée à bâtons rompus et ne laisse pas au lecteur le temps de s’ennuyer – ni de trop s’appesantir sur les quelques failles scénaristiques et autres rebondissements parfois sacrément téléphonés qui parsèment le roman (le moindre évènement s’avère ainsi être lié au complot d’une manière ou d’une autre). Dans la grande fresque de Shadowrun, 2XS marque l’arrivée de nouveaux joueurs (Yamatetsu, désormais connue sous le nom d’EVO) et de nouvelles menaces. Ce n’est plus un secret aujourd’hui, mais à l’époque 2XS (avec le supplément Universal Brotherhood, récemment intégré dans le livre Insectes paru dans la gamme Vintage de Black Book) avait surpris les lecteurs/joueurs en faisant apparaître pour la première fois les terrifiants Esprits Insectes, laissant entendre que la jusque-là si bienveillante Confrérie Universelle dissimule de bien sinistres complots. 2XS contient d’ailleurs un cross-over direct avec l’aventure proposée par Universal Brotherhood, puisque Patrick Bambra, un PNJ dudit supplément, apparaît dans le roman.

La nouvelle traduction du roman est bien plus fidèle au texte d’origine (rappelons que l’édition Fleuve Noir était expurgée de pans entiers du roman afin de tenir dans son quota de pages…) même si l’on peut regretter de multiples bugs (ha ha) dans le texte : mots en double, ou parfois placés au mauvais endroit dans la phrase trahissant une reformulation de dernière minute. Rien qui vienne toutefois gâcher le plaisir de redécouvrir la mythique enquête de Dirk Montgomery dans son intégralité.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *