Deus Ex : Human Revolution (comics)

>> Voir aussi : Deus Ex : Human Revolution (jeu vidéo)

Auteurs : Robbie Morrison (scénario), Trevor Hairsine et divers (dessin)

Pour accompagner la sortie du jeu vidéo, DC Comics se fend d’un tie-in en bande-dessinée. Se déroulant pendant les évènements dépeints dans Deus Ex : Human Revolution, le comics dépeint un chapitre inédit (mais dispensable) des aventures d’Adam Jensen situé avant son départ pour Hengsha.

Adam se retrouve confronté à une figure surgie de son passé : son ancien mentor Quincy Durant, qui l’avait pris sous son aile lorsqu’Adam n’était qu’une jeune recrue du SWAT de Detroit. Mortellement blessé au cours d’une mission, Durant a été cybernétisé et a perdu la raison. Se croyant l’égal d’un Dieu (il utilise l’expression “Deus Ex Machina”, le Dieu né de la Machine, comme un mantra), l’ancien flic devenu terroriste commet une série d’attentats sordides dirigés contre Bill Taggart, le porte-parole du Front pour l’Humanité qui dénonce les augmentations. Aidé par l’agent britannique Kat Sutherland, Adam va devoir stopper son mentor coûte que coûte.

Le comics n’a pas grand intérêt pour qui n’a pas joué au jeu vidéo, mais enrichit l’intrigue de celui-ci via quelques flashbacks montrant la jeunesse d’Adam au sein du SWAT, les évènements ayant mené aux émeutes anti-augmentations, et les rapports complexes entretenus par David Sarif avec Zhao Yun Ru, sa rivale de Tai Yong Medical, ou sa propre famille, prise à parti dans le bras-de-fer qui oppose Sarif aux anti-augs.

Comme toujours avec les comics, le dessin est inégal, plusieurs dessinateurs se succédant au fil des 6 numéros. Trevor Hairsine se démarque grâce à son style percutant et viscéral, tandis que le travail des autres artistes va de “classique” à “quelconque”. On notera la grande violence visuelle du titre, qui ne lésine pas sur le sang et la tripaille. Bref, un produit dérivé correct mais qui se réserve davantage aux fans ou aux collectionneurs.

Inspiration Shadowrun : Un ancien allié des runners, laissé pour mort, ressurgi. Devenu un quasi-cyberzombie, celui-ci semble avoir perdu la raison et commet une série de massacres sanglants. Se peut-il que ses actions ne soient pas dictées par la folie mais manipulées par une tierce partie, avec pour but de nuire aux runners ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *