Die Hard // John McTiernan

Die Hard, alias Piège de Cristal, fait partie de ces films qui ont imposé les codes du film d’action moderne. Réalise par John McTiernan, à qui l’on doit aussi Predator, Die Hard s’est imposé comme un classique indémodable et encore jamais surpassé. Accessoirement, c’est aussi le film qui a lancé la carrière de Bruce Willis en tant que héros d’action. John McClane, le flic toujours “au mauvais endroit au mauvais moment” reste un de ses rôles les plus célèbres.

Die Hard raconte donc l’histoire de McClane, un flic new-yorkais en visite à Los Angeles pour Noël. Les relations sont tendues entre John et son épouse Holly depuis que celle-ci est partie en Californie après avoir obtenu un travail important au sein de la Nakatomi Corporation.

***

John rejoint Holly à la tour Nakatomi Plaza pour les fêtes de Noël, pile poil au moment que choisit une bande de terroristes menés par Hans Gruber pour prendre la tour en otage. Échappant aux félons, McClane va alors s’employer à faire capoter leur plan, devenant la proverbiale épine dans le pied collectif de Hans et ses sbires.

Ce qu’on sait moins, c’est que Die Hard est en réalité l’adaptation d’un roman de Roderick Thorp, Nothing Lasts Forever, écrit en 1979. Le film est très fidèle au roman, à l’exception de quelques noms et autres détails : dans le livre le héros ne rejoint pas sa femme, mais sa fille, la tour appartient à une compagnie pétrolière appelée Klaxon Oil, et le chef des terroristes se nomme Tony Gruber. Le nom du héros a également changé : celui du roman se nomme Joe Leland, un détective déjà apparu dans le roman de Thorp The Detective. Ce roman avait été adapté au cinéma avec Frank Sinatra, et les producteurs de Die Hard ont préféré éviter la confusion avec le personnage de Sinatra.

Énorme succès au cinéma, Die Hard connaîtra trois suites de qualité variable. La première – Die Hard 2 : Die Harder alias 58 Minutes pour Vivre – transpose la formule du premier épisode dans un aéroport. Plutôt bien menée par son réalisateur Renny Harlin, cette suite est pourtant souvent mal-aimée des fans, peut-être à cause de son manque de nouvelles idées. John McTiernan reprend les rênes pour le troisième épisode Die Hard with a Vengeance, connu chez nous sous le titre Une Journée en Enfer. John McClane y fait équipe avec Samuel L. Jackson et affronte un terroriste appelé Simon qui n’est autre que le frère d’Hans Gruber. Si vous avez la chance de trouver le film en DVD, ne manquez pas la scène de fin alternative où John et Simon règlent leurs comptes à la “roquette russe” dans un bar hongrois.

***

Une fin jugée trop ambiguë moralement par les producteurs et remplacée par celle de la version cinéma, insipide et expéditive. La saga a connu un quatrième épisode intitulé Live Free or Die Hard aux États-Unis, et simplement Die Hard 4 : Retour en Enfer chez nous (vous suivez toujours ?). Réalisé par Len Wiseman (Underworld), c’est un film d’action sympathique tient malheureusement plus de True Lies, voire d’un film de super-héros, que de Die Hard. Un cinquième épisode est en cours de préproduction et se déroulerait en Russie, éloignant toujours davantage la série de ses racines…

La série a également inspiré une hilarante chanson du groupe Guyz Nite qui résume parfaitement pourquoi on ne peut qu’aimer John McClane. Vous trouverez le clip en bas de cet article.

Inspiration Shadowrun : Arcologie Renraku, la veille de Noël. Les runners se sont mêlés à la foule pour faire quelques emplettes. Les runners découvrent que dans les étages, une situation de crise est en train d’avoir lieu : un commando armé a pris en otage un groupe de cadres hauts-placés de la zaibatsu. Poussés par la curiosité, les runners se retrouvent pris pour cible par les terroristes et piégés à l’intérieur de ce bloc de l’Arcologie lorsque la sécurité corpo décide de sceller la zone !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *