Caprica

Opsys   3 January 2015   No Comments on Caprica

Diffusée en 2010, Caprica est la “préquelle” de la série Battlestar Galactica (la version réinventée par Ron D. Moore en 2003). Malgré son ambition et le succès rencontré par sa série-mère, Caprica ne rencontrera toutefois qu’un succès d’estime, et ne connaîtra qu’une seule saison de 18 épisodes, laissant de nombreuses questions en suspens. Si Battlestar Galactica était un space opera post-apocalyptique, Caprica se déroule quasi-intégralement à la surface de la planète éponyme, et plus particulièrement dans la métropole Caprica City.

La société des Douze Colonies de Kobol, proche de la nôtre mais plus avancée, est tout à fait en ligne avec les dystopies cyberpunk. C’est ainsi que l’on retrouve des mégacorporations se livrant une guerre sans merci, des organisations criminelles, des réalités virtuelles où se sont développées des cultures alternatives, et l’émergence de formes de vie cybernétiques, les futurs Cylons.

Mais la série explore également des thématiques très proches de nous : tout comme Battlestar Galactica était une allégorie du monde post-11 septembre, Caprica pose des questions ayant trait à l’éthique scientifique, l’appartenance à une culture, l’endoctrinement par les réseaux sociaux, et la radicalisation religieuse.

Au cœur de l’intrigue de la série, la menace terroriste représentée par le culte monothéiste des Soldats de l’Unique (Soldiers of the One, ou STO). Alors que les Douze Colonies vénèrent un panthéon inspiré des anciens dieux grecs, les STO prônent l’existence d’un Dieu Unique, et rallient à leur cause de nombreux jeunes un peu paumés, qui ne se reconnaissent pas dans la société bâtie par leurs aînés. Cette génération perdue trouve refuge dans V-World, une “Matrice” où se sont développés de nombreux univers virtuels illégaux.

La série commence par un attentat meurtrier, lorsque qu’un jeune membre des STO se fait sauter dans un train bondé. Parmi les victimes, Zoe Graystone, également membre des STO et fille du P-DG de Graystone Industries. Enfant surdouée, Zoe (interprétée par Alessandra Torresani) avait créé un double numérique d’elle-même, Zoe-A, une intelligence artificielle qui hante désormais V-World. Les autres victimes incluent Shannon et Tamara Adams, la femme et la fille de l’avocat Joseph Adams (Esai Morales). Originaire de Tauron, Joseph a renié ses origines et son nom de naissance, Yussef Adama, pour intégrer la société capricane. La tragédie va forcer Joseph à renouer avec ses racines.

Enfin, Lacy Rand (Magda Apanowicz), la meilleure amie de Zoe, cherche à protéger Zoe-A de Clarice Willow (Polly Walker). Se prétendant prêtresse d’Athéna et enseignant à l’école de Lacy et Zoe, Clarice est en réalité chef d’une cellule des STO. C’est Clarice qui recruta Zoe au sein du culte, et veut désormais mettre la main sur les travaux de la jeune fille, persuadée qu’il s’agit de la clé pour accéder au Paradis. Mais d’autres cellules du culte contestent son interprétation extrémiste des textes sacrés…

Pendant ce temps, les parents de Zoe, Daniel et Amanda Graystone, découvrent la vie secrète de leur fille, et notamment son implication dans les STO, par l’intermédiaire de l’agent Duram, un flic déterminé à démanteler le culte. Daniel (Eric Stoltz) cherche à mettre au point un robot de combat pour l’armée de Caprica, mais ne parvient pas à élaborer une intelligence artificielle assez élaborée. C’est alors qu’il découvre l’existence de Zoe-A, qu’il va désormais chercher à exploiter à ses propres fins… Pour sauver son entreprise menacée de rachat, il va également nouer une alliance avec Joseph Adama afin de bénéficier de ses liens avec la mafia taurone. Mais est-il prêt à avoir du sang sur les mains ?

Avec son histoire complexe et ses personnages non-manichéens, Caprica est une série passionnante. Très différente de son aînée, peut-être trop, la série n’a pas trouvé son public. Elle demeure toutefois une plongée fascinante dans une société futuriste dystopique aux multiples niveaux de lecture.

Inspiration Shadowrun : Graystone Industries est une mégacorporation AA qui a obtenu un contrat en or avec l’armée des UCAS pour le développement de soldats robotiques automatisés. Mais le projet est mis en danger lorsqu’un e-ghost issu du Trouble de Fragmentation Cognitive prend le contrôle du prototype est s’enfuit du complexe de recherche. Le robot devient alors l’enjeu d’une traque sans merci, car il abrite en réalité l’âme numérisée de la fille d’un puissant P-DG corpo, morte durant le Crash 2.0. Mais les membres d’un culte pro-IA veulent également s’emparer du robot, qu’ils prennent pour leur messie. Toutes ces factions veulent s’emparer du robot — laquelle fera appel aux services des runners ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *