Shadowrun au Japon, partie 1

L’éditeur

Le mélange entre fantasy et cyberpunk est très commun dans les manga et dessins animés japonais, aussi il n’est guère étonnant qu’une version japonaise de Shadowrun ait vu le jour. Au milieu des années 90, c’est la maison d’édition Fujimi-Shobo, en association avec Group SNE, qui acquiert la licence de la deuxième édition de Shadowrun.

Fujimi-Shobo est la division “jeu de rôles” de Kadokawa Shoten, une véritable mégacorporation de l’édition au Japon.

Group SNE, de son côté, est à l’époque un petit éditeur plus connu pour ses célèbres Chroniques de la Guerre de Lodoss. Son activité est partagée entre des jeux de sa propre production (Lodoss, Crystania) et des traductions de jeux occidentaux (GURPS, MechWarrior, RuneQuest, le jeu de rôles Warhammer…).

Ces deux compagnies n’en sont pas à leur première collaboration : l’univers de Lodoss est né dans les pages de la version japonaise de Dragon Magazine, justement éditée par Fujimi-Shobo.

Mais bien que l’univers de Shadowrun soit séduisant pour les jeunes nippons, Fujimi-Shobo et Group SNE estimeront que de nombreuses modifications s’imposent pour en faire un succès dans l’archipel. D’ailleurs, le livre de base sera le seul ouvrage issu de l’édition américaine. Le reste de la gamme japonaise sera constituée de productions 100% japonaises.

La première différence, la plus flagrante, est la direction artistique. Si la version japonaise du livre de base n’a guère changé (on retrouve la fameuse illustration de Larry Elmore), la suite de la gamme arborera un style très manga. L’auteur de ces illustrations est un jeune mangaka du nom de Shiki Satoshi.

Cela n’étonnera personne de savoir que Shiki a fait ses premières armes pour Kadokawa Shoten avec les manga Riot et 69. Cette collaboration avec la puissante maison d’édition le conduira à illustrer la gamme Shadowrun de 1994 à 1996. C’est également lui qui illustrera le jeu vidéo Shadowrun sorti sur Mega-CD. Par la suite, Shiki quittera le giron de Kadokawa Shoten et connaîtra le succès avec son manga Kamikaze.

Mais outre son aspect visuel, le contenu de la gamme est également surprenant pour qui ne connaît pas les habitudes rôlistiques nippones…

Revenir au sommaire  |  Partie 2 »

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *